Mon compte
Créer un compte
Pourquoi créer un compte
 
Pierre-Yves Sachot : « Nous ne sommes pas des cocheurs de cases »

 

Pierre-Yves Sachot, vous avez été élu président de l’Union Nationale des Diagnostiqueurs immobilier le 12 janvier, lors de la première assemblée générale de ce nouveau syndicat professionnel. Pourquoi et comment est née l’UNDI ?

 

 

 

Rappelez-vous fin 2011, une vague de grogne, de "ras-le-bol", a commencé à se faire entendre dans la profession : les premiers cafouillages des surveillances de certification, les pratiques commerciales hyper agressives des certains, portées par les dérives du DPE liées au PTZ+. Comme souvent à la faveur de périodes de crise, des idées ont germé, et se sont développées, notamment grâce aux réseaux sociaux : Collectif "non à la recertification", demande de moratoire sur le processus de recertification, et même projet de création d'un Ordre des diagnostiqueurs. Malheureusement, faute de locomotive, le train s'est arrêté en pleine voie. C'est pourquoi l'été dernier, deux diagnostiqueurs (Christophe HADRI et Antony PILECI) ont eu l'idée de construire cette locomotive. En quelques mois, plusieurs dizaines de confrères ont décidé de se joindre au mouvement. L'UNDI n'est pas une structure qui impose une stratégie à ses adhérents, c'est au contraire un outil à disposition des diagnostiqueurs qui veulent prendre leur avenir en main, c'est l'interface manquante entre le terrain et les pouvoirs publics. En résume, l'UNDI, c'est la voix des diagnostiqueurs.

 

 

 

Avec la CDI Fnaim, la CFDI, la FIDI, la Fneci ou encore l’UNECTPI, pour ne citer que les principales, les professionnels du diagnostic immobilier ne manquent pourtant pas de représentants. Comment jugez-vous l’action de ces organisations professionnelles et en quoi l’UNDI ferait mieux qu’elles selon vous ?

 

 

 

La plupart des organisations existantes étaient déjà présentes avant la certification en 2007, et certaines ont participé à l'élaboration du dispositif, ainsi qu'à son évolution vers ce qu'il est aujourd'hui. Où en est-on aujourd'hui ? Qui oserait parler d'efficacité du dispositif ? Les pratiques déloyales sont légions... Que font ces fédérations pour défendre les diagnostiqueurs sérieux, consciencieux, qui en sont les premières victimes ?  C'est là la force de l'UNDI : écouter les demandes, les avis, les idées de tous les diagnostiqueurs. D’ailleurs un forum a été mis en place (ndlr : www.undi.fr). L'UNDI est composée de diagnostiqueurs de terrain, tous en activité, et regroupés autour des mêmes valeurs de déontologie. Elle est ouverte à tous : indépendants, franchisés, patrons, salariés ... Nos préoccupations sont celles de la majorité des diagnostiqueurs. Le métier change... Les diagnostiqueurs ne veulent plus payer une cotisation en échange d'une réduction sur du matériel, des formations, ou un contrat d'assurance. Ce qu'ils veulent, c'est être entendus, et défendus.

 

 

 

La création de l’UNDI intervient alors que la profession traverse une crise profonde. Quelle analyse faites-vous de la situation actuelle et quelles solutions préconisez-vous ?

 

 

 

2012 a été une année charnière. Les recertifications ont eu raison de bon nombre d'anciens, soit par leur coût, soit par la pression qu'elles ont pu engendrer, soit par l'écœurement qu'elles ont causé. Les pratiques commerciales agressives, l'absence quasi-totale de réels contrôles, les ratés du système actuel de validation des compétences par la certification, sont autant de faiblesses pour la profession. Il devient donc indispensable de redorer notre blason. Pour cela, c'est toute la profession qui doit se prendre en main. Tant que nous nous comporterons en commerçants, nous serons perçus comme tels : nos clients négocieront de plus en plus des tarifs déjà trop bas, nos ministères de tutelle ne nous prendront pas plus au sérieux, et nos partenaires continueront de vivre à nos dépends. Il est temps d'inverser la machine : montrer que nous sommes des techniciens, pas des cocheurs de cases.

 

 

 

Quelles actions l’UNDI compte-t-elle entreprendre en priorité ?

 

 

 

Nous avons à cœur de nous présenter aux instances avec les principaux griefs reprochés par la base, car nous sommes nous-même la base et le revendiquons. Certificateurs, COFRAC, ministères, DHUP, etc, sont autant d’interlocuteurs pour lesquels nous souhaitons devenir familiers. C'est d'après nous le seul moyen pour faire avancer certaines problématiques qui pourrissent notre quotidien.

 

Nous étudions également des rapprochements avec d'autres groupes de représentativité, que nous jugeons proches sont également envisagés. Pourquoi ? Pour faire autrement que ce qui se fait. L'objectif est d'avancer. Plus nombreux sont les opérateurs représentés, meilleures seront nos chances d'être entendus. Cela ne surprendra personne : ce n'est pas le ton des quelques messages « de bienvenue » que nous ont adressé les représentants des fédérations historiques ... En parallèle, la déontologie restant un problème, nous travaillons sur les possibilités de cadrer les pratiques tant au plan commercial, dans la gestion des effectifs et pourquoi pas juridique. Le projet d'Ordre des diagnostiqueurs immobiliers n’a pas abouti, mais rien n'empêche d’imaginer d’autres propositions. Nous allons également nous faire entendre sur les sujets d'actualité, comme nous l'avons déjà fait concernant les suspensions de certifications abusives dont ont été victimes certains confrères, et donner des avis sur des points techniques, comme les visites in-situ.

 

Mais notre plus gros chantier sera la mise en place d'une réflexion globale, ouverte à tous, sur la possibilité de revoir le système de la recertification. Un travail de longue haleine, pour lequel encore une fois, tous les avis seront les bienvenus.

 

 

 

Propos recueillis par Alain Périé

Mise en ligne le dimanche 20 janvier 2013

Emploi
Sous-traitance
Annonces
Diagactu sur twitter
Diagactu
Qui sommes nous ?
Nos autres sites
Les diagnostics immobiliers
Devenir diagnostiqueur immobilier
Forum diagnostiqueur immobilier
Services aux diagnostiqueurs
Actualités
Interviews
Carnet d'adresses
Textes légaux
Annuaire des formations
Forum des diagnostiqueurs
Petites annonces
Offres d'emploi
Demandes d'emploi
Offres de sous-traitance
Demandes de sous-traitance
Appels d'offres
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Création Mak2 - Hébergement MaSolutionWeb.com
© 2007-2017 Diagactu - Mentions légales