Mon compte
Créer un compte
Pourquoi créer un compte
 
Thierry Marchand : « Il faut arrêter de dénigrer notre profession »

Thierry Marchand est gérant d’un petit cabinet de diagnostic immobilier créé en 2005 et exerce à Dinan dans le département des Côtes-d'Armor, en Bretagne. Il a adhéré à la Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers FNAIM en 2011, puis a rejoint son conseil d’administration, dans l’équipe de Claude Pascal, en 2013. Il a été élu président de la CDI FNAIM le 1er juin 2016.

 

Le nouveau président de la Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers FNAIM annonce les orientations de sa fédération et livre sa vision du métier.


Nouveau président, donc nouvelles orientations pour la CDI FNAIM ?


Nous allons œuvrer dans la continuité de l’action de mon prédécesseur, Claude Pascal, qui a fourni un travail considérable durant ses deux mandats avec notre délégué général Sylvain Coopman. Outre notre  mission d’accompagnement de nos adhérents avec nos différents services, nous souhaitons continuer à plaider auprès des pouvoirs publics pour simplifier notre environnement réglementaire, notamment en ce qui concerne la forme des rapports de diagnostics qui, souvent trop complexes, ne remplissent pas toujours leur rôle qui est d’apporter une information claire à ceux à qui ils sont destinés. 


Comment jugez-vous l’état de la représentativité du diagnostic immobilier ? On sait que les organisations professionnelles n’ont pas vraiment les faveurs des diagnostiqueurs.


Le niveau de représentativité du diagnostic immobilier reste assez faible. Je connais bien le monde des syndicats professionnels et je sais pourtant à quel point il est important de fédérer notre profession autour des principales organisations professionnelles, celles qui détiennent les compétences et la connaissance des réseaux afin de faire valoir notre vision de notre métier auprès des pouvoirs publics. Et pour cela il est essentiel que toutes les bonnes volontés rejoignent ces fédérations. Nous avons besoin d’adhérents qui s’impliquent sur des thèmes qui leur sont chers, pour lesquels ils ont une réelle compétence et un savoir-faire particulier, d'autant que nous avons fait du chemin depuis 2007. La CDI FNAIM est appréciée des pouvoirs publics pour son approche constructive et responsable du secteur. Cela participe aussi à une meilleure perception de notre profession par les autorités comme par les autres acteurs (fédérations professionnelles du bâtiment et de l'immobilier, assureurs, associations de consommateurs…).


« Il faut valoriser notre profession et arrêter de la dénigrer »


Les diagnostiqueurs compétents doivent s’engager en faveur de leur profession pour lui apporter enfin ses lettres de noblesses. Il faut valoriser notre profession et arrêter de la dénigrer. Notre métier est un beau métier, il est passionnant, mais il est aussi chronophage et, à mon sens pas assez rémunérateur par rapport au travail réalisé. On le voit, beaucoup de nos confrères arrêtent leur activité, usés par la concurrence des prix bas et le manque de rentabilité de leur entreprise. Les contacts avec les pouvoirs publics que nous tissons depuis près de 9 ans maintenant à la CDI FNAIM nous permettent de faire passer ces messages tout en travaillant avec eux sur l’ensemble des textes réglementaires et législatifs qui encadrent notre activité quotidienne.


De nombreux diagnostiqueurs s’apprêtent à se renouveler leurs certificats de compétences en 2017. Quelle est la position de la CDI FNAIM sur le régime de certification ?



On entend beaucoup les diagnostiqueurs qui critiquent le dispositif de certification de leurs compétences, mais nombreux sont ceux aussi qui reconnaissent son utilité. Mais, comme en politique, c’est toujours la minorité qui manifeste qui est la plus audible.


Il faut avoir un peu de mémoire quand on évoque ce sujet soumis à toutes les polémiques… Rappelons-nous que, si ce système a été instauré, c'est parce qu'aux débuts du diagnostic immobilier, un certain nombre de (gros) sinistres ont inquiété les assureurs au point qu'ils se retiraient tous de notre activité - en particulier sur l'amiante - et ce par des diagnostiqueurs de longue date dans le domaine du bâtiment. Il n'y avait donc plus de solution d'assurances, pour les diagnostiqueurs en activité comme pour ceux qui souhaitaient exercer notre métier. C'est donc après ces sinistres importants que la certification a été instaurée pour rassurer les assureurs et l'ensemble de nos prescripteurs.


De plus, nous avons de plus en plus besoin d’une qualification pointue car nos obligations se développent sans cesse et notre responsabilité est toujours plus exposée. Certains considèrent la certification comme un permis de travailler, ce qui est  vrai, mais c’est avant tout un droit d’entrée dans ce métier. Tout diagnostiqueur doit être certifié pour exercer son métier,  ce qui permet également de suivre les compétences de nos collaborateurs afin de garantir la pérennité de nos entreprises et de notre profession.


Donc on ne change rien ?


À la CDI FNAIM,  nous sommes pour un aménagement du dispositif de renouvellement de la certification moins éprouvant pour les diagnostiqueurs car, on le voit, les diagnostiqueurs qui se présentent dans les centres d’examens sont souvent assez angoissés. Cela pourrait passer par un allongement du cycle de recertification à 10 ou 12 ans par exemple avec, tous les trois ans, une surveillance sur rapports et plus de formation continue.


« Notre problème majeur est que nos prestations ne sont pas assez valorisées »


Les pouvoirs publics nous écoutent sur ce sujet, mais ils restent un peu sur la réserve pour l'instant aux vus de la qualité de certains diagnostics produits.


Les critiques de certains diagnostiqueurs sont généralement centrées sur le coût du dispositif actuel.


Quel que soit le dispositif, formations ou autres, il faudra payer. Même en allégeant le processus de recertification, on pourra difficilement faire baisser les coûts de façon significative. En réalité, notre problème majeur est que la valeur de la prestation que nous vendons à nos clients n’est pas suffisamment élevée. Or le diagnostiqueur, qui est un chef d’entreprise, doit d’abord œuvrer pour renforcer sa marge, notamment ne pas « casser les prix  » pour davantage travailler. On le constate depuis toujours : ceux qui maintiennent leurs tarifs et préservent leurs marges sont ceux qui s'en sortent le mieux. Heureusement notre métier est aujourd’hui plus mûr, plus stable. Nous devons tous continuer à développer la qualité de nos prestations et ainsi gagner la confiance des donneurs d’ordre, ce qui permet, à terme, de mieux valoriser nos prestations.


2017 sera aussi l’année de l’entrée en vigueur des diagnostics locatifs électricité et gaz. Que doivent en attendre les diagnostiqueurs ?


Les diagnostiqueurs doivent anticiper ce nouveau marché car ce ne seront pas des prestations comme les autres. Si les méthodologies et contenus des diagnostics sont identiques à ceux de la vente, nos interlocuteurs ne seront pas dans le même contexte. Contrairement aux diagnostics vente où l’acquéreur demande au vendeur de baisser son prix en fonction des éventuelles désordres constatés, dans le cas des diagnostics gaz et électricité dans le marché locatif, les conclusions mettant en évidence des problèmes de sécurité des personnes vont contraindre le propriétaire à réaliser des travaux pour y remédier.
En effet, si l'obligation n'est pas explicite (elle n'avait pas à être précisée dans ces décrets, pas plus que des sanctions d'ailleurs), cela ne veut pas dire que le propriétaire n'a rien à faire ou n'est pas "sanctionnable" si des défauts sont décelés. La loi sur le logement décent l'oblige déjà à louer un bien exempt de tout danger. Avec l'intégration des états des installations de gaz et d'électricité dans le DDT location, un pas est franchi : le propriétaire ne pourra plus dire qu'il ne savait pas. Le diagnostiqueur aura donc un rôle d’arbitre entre le locataire et son bailleur, ce qui ne va pas être simple.


En termes de marché, l’arrivée de ces diagnostics devrait apporter un vrai supplément d’activité pour les diagnostiqueurs qui s’y seront préparés. Une bonne nouvelle pour beaucoup de petits cabinets qui souffrent, s'ils ne se lancent pas dans une guerre des prix inconséquente.

Mise en ligne le samedi 10 septembre 2016

Toutes les actualités

Toutes les actualités Veille Réglementaire

Toutes les actualités Veille Décideurs

Tous les webinaires

Toutes les actualités formation

Toutes les interviews

 

Emploi
Sous-traitance
Annonces
Dernière offre d'emploi
Technicien diagnostiqueur
Le Groupe DEKRA Industrial, pour son activité de Diagnostic Immobilier, recherche un(e) diagnostiqueur (se) pouvant intervenir sur la région Limousin. Rattaché(e) au manager de proximité, vous réaliserez pour le compte de nos clients (grands comptes, industriels, institutionnels, etc …) des diagnostics techniques immobiliers. Véritable ambassadeur(rice) de notre savoir-faire auprès des clients, vous mettez chaque jour votre expertise technique au service de la sécurité des personnes, des biens et de l'environnement. Dans le cadre de vos missions : • Vous réalisez des diagnostics avant travaux et/ou démolition, afin de garantir la sécurité du personnel • Vous réalisez des diagnostics techniques immobilier afin sécuriser la transaction des biens • Vous effectuez les prélèvements nécessaires et transmettez les échantillons aux laboratoires d'analyses • Vous réceptionnez les résultats, rédigez les rapports correspondants et préconisez les actions correctives à effectuer Profil : De formation technique Bac à Bac +2 dans le domaine du bâtiment, vous êtes capables d’identifier les matériaux contenant de l’amiante. Titulaire des certifications nécessaires à jour, vous justifiez d’une première expérience dans le diagnostic immobilier. Les certifications « Amiante mention » et « DPE Mention » seraient un plus. Doté(e) de fortes compétences techniques, vous êtes une personne de terrain. Vos qualités relationnelles et commerciales vous permettront de réussir dans ce métier de conseil. Salaire fixe sur 13 mois – Variable sur Objectif – Défraiement – Forfait repas ou ticket restaurant - Mutuelle groupe - Fourniture d’un véhicule de service ou de fonction selon condition – tablette- téléphone
Dernière demande d'emploi
Technicien diagnostiqueur
Objet : CANDIDATURE + EXONERATION DE CHARGES / AFPR Madame, Monsieur, Etant dans le bâtiment depuis plus de 25 ans. J’ai acquis le titre de Maître Artisan ainsi que les qualifications QUALIBAT technicité confirmée et RGE. Gages de rigueur et de professionnalisme. Je fût également Maître d’apprentissage car j’aime autant transmettre que recevoir ( un de mes apprenti a fini « meilleur apprenti PACA « ). Tout au long de mon parcours, je me suis formé, notamment, aux règles d’hygiène et de sécurité, étant chargé de prévention. Attiré par le métier de diagnostiqueur depuis longtemps, j’ai eu l’opportunité de faire une reconversion et de me former chez FORMADIAG et d’être certifié par B2C. C’est pourquoi je me permets de vous proposer ma candidature mais également une solution intéressante pour tout employeur. En effet, l’ AFPR ( action de formation préalable au recrutement ) vous permet de vous exonérer pendant deux mois des cotisations sociales sous- réserve, à la clé, de la signature d’un CDI ou CDD. Ainsi, cette option vous permet de me faire intégrer vos équipes et votre méthodologie à moindre coût. Etant éligible à ce type de contrat, il me semble que nous y trouvions chacun notre intérêt afin de démarrer ensemble une collaboration fructueuse. Avec ces temps de crise et de ralentissement économique, je suis plus que motivé pour vous apporter mes services afin de redynamiser notre activité et combler le retard accumulé pendant ce confinement. Je suis à votre disposition immédiatement et me tiens prêt à relever ce défi à vos cotés. Dans l’attente de vous lire, Veuillez agréer l’expression de mes sentiments distingués.
DiagActu sur twitter
DiagActu
Qui sommes nous ?
Espace recruteur
Kit média annonceur
Nos autres sites
Les diagnostics immobiliers
Devenir diagnostiqueur immobilier
Services aux diagnostiqueurs
Actualités
Interviews
Annuaire professionnel
Textes légaux
Annuaire des formations
Forum des diagnostiqueurs
Petites annonces
Offres d'emploi
Demandes d'emploi
Offres de sous-traitance
Demandes de sous-traitance
Webinaires
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Création Mak2 - Hébergement MaSolutionWeb.com
© 2007-2020 DiagActu - Gestion des cookies - Mentions légales