Mon compte
Créer un compte
Pourquoi créer un compte
 
Dominique Estrosi-Sassone : « Tous les diagnostics sont-ils nécessaires et impératifs ? »

Dans un entretien accordé à DiagActu, la sénatrice (LR) Dominique Estrosi-Sassone, rapporteur de la loi Elan, annonce la création d’un groupe de travail en commission des affaires économiques du Sénat afin d’ « évaluer la pertinence de chaque diagnostic ».  


Madame la sénatrice, la loi Elan dont vous êtes la rapporteur intègre plusieurs avancées en matière d’information technique sur le bâtiment. Quel bilan peut-on établir dans ce domaine ?


En ma qualité de rapporteur de cette loi, je me suis attachée à sécuriser un certain nombre d’outils déjà existants, mais qui, essentiellement pour des raisons de forme, n’avaient pu entrer en application. Je pense notamment au carnet numérique créé par la loi de 2015 sur la transition énergétique pour la croissance verte. Après un débat en séance, nous avons décidé que ce carnet numérique s’appliquerait à tous les logements, dont les logements sociaux. Cet outil, auquel nous avons donné un socle légal et des modalités pratiques précises, devrait fonctionner. Il faut souhaiter cependant qu’il soit bien collationné au fil du temps.


Vous étiez également favorable à la création de l’Observatoire des diagnostics immobiliers.


L’Observatoire des diagnostics immobiliers a été retoqué par le Conseil Constitutionnel pour des raisons de pure forme. Pourtant je pense, surtout après le drame de Marseille, que cet outil est pertinent. Lorsque nous avons auditionné le ministre Julien Denormandie dans le cadre de mon rapport pour avis sur la mission budgétaire « cohésion des territoires » du projet de loi de finances pour 2019, j’ai soulevé la question de l’identification de ces immeubles classés insalubres. Actuellement, l’information ne peut venir que de remontées du terrain via le propriétaire ou le locataire concerné, voire d’un tiers ou du préfet. Il nous manque un outil plus opérationnel, et l’Observatoire des diagnostics immobiliers, dont le gouvernement ne voulait pas, aurait permis à l’Etat de recueillir davantage d’informations et de données pour mieux connaitre l’état des bâtiments et savoir si des mesures nouvelles doivent être prises en termes de lutte contre l'habitat indigne et de traitement des copropriétés dégradées. Nous verrons comment l’introduire dans un prochain véhicule législatif en tentant de lever ces obstacles de forme. 


Autre mesure de la loi intéressant tout particulièrement les diagnostiqueurs, c’est l’opposabilité du DPE.


Initialement le gouvernement voulait rendre le DPE opposable au 1er janvier 2020. Au Sénat, nous n’y étions pas favorables car nous considérions que la fiabilité de ce diagnostic n’était pas encore garantie. Or son opposabilité pourrait avoir des conséquences en termes de contentieux. En outre, nous savons que la consommation réelle dépend avant tout des conditions d’usage du bien. Et surtout, il n’y a pas eu d’étude d’impact pour connaitre les conséquences juridiques de cette opposabilité sur les entreprises et sur les ventes et locations des bâtiments. L’Assemblée nationale tenait à conserver cette disposition et comme au Sénat nous l’avions supprimée, nous avons défini, en commission mixte paritaire, une solution médiane de compromis en reportant l’entrée en vigueur au 1er janvier 2021 et en conservant la valeur informative des recommandations accompagnant le DPE.

 

« La loi Alur de 2014 ayant encore considérablement renforcé cette information, peut-être faudrait-il maintenant procéder à des ajustements »


Quel est votre sentiment sur le rôle des diagnostics techniques dans la chaine de la transaction immobilière ?


Les diagnostics immobiliers représentent une somme de documents extrêmement lourde. Certes, cette information a du sens, elle répond à des problématiques nouvelles apparues au fil du temps avec l’amiante, les termites, maintenant la mérule, etc... Il est logique de tout collationner afin que le vendeur et l’acquéreur bénéficient de la plus large information possible sur le bien et l’état du bâti. Mais la loi Alur de 2014 ayant encore considérablement renforcé cette information, peut-être faudrait-il maintenant procéder à des ajustements. C’est pourquoi la commission des affaires économiques du Sénat envisage de lancer, courant 2019, des travaux d’évaluation des différentes obligations en matière de diagnostics et de rénovation énergétique des bâtiments qui pèsent sur les propriétaires.


Au besoin en revenant sur l’étendue de l’information apportée par les différents diagnostics immobiliers ?


Il y a sans doute la nécessité d’évaluer l’utilité et la pertinence de chaque diagnostic. Ces travaux devraient permettre de savoir si ces diagnostics sont tous nécessaires et impératifs ou si, en fonction des évaluations qui auront été effectuées, il y a lieu de réfléchir à une appréhension différente de chaque problématique. Toutes peuvent ne pas entrainer les mêmes contraintes pour les propriétaires. Cette mission, qui répond à une préoccupation partagée par l’ensemble des bancs de la commission des affaires économiques du Sénat, pourrait aussi nous amener à évaluer le niveau de compétence des diagnostiqueurs et le contrôle de leur activité. C’est notre rôle de contrôler l’application de la loi et de l’améliorer.


Propos recueillis par Alain Périé.

Mise en ligne le jeudi 6 décembre 2018

Toutes les actualités

Toutes les actualités Veille Réglementaire

Toutes les actualités Veille Décideurs

Tous les webinaires

Toutes les actualités formation

Toutes les interviews

 

Emploi
Sous-traitance
Annonces
Dernière offre d'emploi
Diagnostiqueur Immobilier Certifié H/F
Rejoindre QUALICONSULT IMMOBILIER aujourd’hui, c’est rejoindre le leader du diagnostic immobilier, avec 70 agences et plus de 350 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 39 millions d'euros. NOTRE MISSION : accompagner nos clients, particuliers et professionnels, dans toutes les étapes de la gestion de leurs biens, de la vente à la location en passant par la gestion technique et les travaux de réhabilitation. VOTRE ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL : des managers qui veillent à accompagner et faire monter en compétences leurs collaborateurs dans des équipes à taille humaine au sein de chacune de nos 70 agences partout en France. Dès votre intégration et tout au long de votre carrière chez QUALICONSULT IMMOBILIER, vous aurez la possibilité d’être formé et d’évoluer selon votre potentiel : en étant référent technique sur des problématiques particulières, en prenant des fonctions managériales, ou en réorientant votre carrière vers d’autres métiers du Groupe Qualiconsult. LES AVANTAGES : nous vous proposons une rémunération orientée « challenge » composée d’un fixe et d’une part variable non plafonnée. Un véhicule, une tablette professionnelle ainsi qu’un téléphone portable vous seront fournis afin de vous permettre de mener à bien vos missions et d’atteindre vos objectifs. Sous la responsabilité du Directeur d'Agence, vous êtes en charge des diagnostics immobiliers (amiante, plomb, électricité, gaz, Loi Carrez, DPE...) tant pour les particuliers que pour des sociétés de renom. Votre rôle d'expert technique ainsi que votre expérience vous amènent à renforcer la relation client et à contribuer au développement de l'activité de votre agence. Vous êtes certifié dans un ou plusieurs diagnostics (Amiante avec mention exigée) ou vous êtes titulaire d'un bac +2/3 en bâtiment / génie civil et présentez une première expérience d’au moins deux ans dans le bâtiment.
Dernière demande d'emploi
DiagActu sur twitter
DiagActu
Qui sommes nous ?
Espace recruteur
Kit média annonceur
Nos autres sites
Les diagnostics immobiliers
Devenir diagnostiqueur immobilier
Services aux diagnostiqueurs
Actualités
Interviews
Annuaire professionnel
Textes légaux
Annuaire des formations
Forum des diagnostiqueurs
Petites annonces
Offres d'emploi
Demandes d'emploi
Offres de sous-traitance
Demandes de sous-traitance
Webinaires
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Création Mak2 - Hébergement MaSolutionWeb.com
© 2007-2019 DiagActu - Gestion des cookies - Mentions légales