YANN VOGEL ET HERVÉ POGAM LANCENT FORMENTORA POUR RÉPONDRE À LA DEMANDE DE TUTORAT Profession

Formentora
Publié le par Mathias LOVAGLIO

Hervé Pogam (ABCIDIA Formation) et Yann Vogel (ODI Formation) viennent de créer Formentora, une structure indépendante dédiée au tutorat et qui sera opérationnelle dès le 1er juillet 2024. Avec ce pool de tuteurs-formateurs expérimentés, ils souhaitent proposer un service pleinement constructif pour les nouveaux certifiés afin de parfaire leur apprentissage et de les préparer aux opérations de surveillance qui les attendent.

Hervé Pogam et Yann Vogel, vous venez de créer Formentora, pouvez-vous nous présenter sa vocation ?

Hervé PogamHervé Pogam : Formentora est une nouvelle structure, totalement indépendante, uniquement dédiée au tutorat. Elle s’appuie sur les compétences de nos formateurs et la légitimité acquise depuis des années. L’équipe sera composée d’un noyau dur de 6 tuteurs-formateurs expérimentés. Bien que resserrée, l’équipe couvrira bien l’ensemble du territoire. Nous avons reçu beaucoup de candidatures de diagnostiqueurs souhaitant se diversifier avec ce tutorat. Mais, même avec un excellent bagage technique, il faut des années pour devenir un bon formateur. C’est avant tout un métier et non une évolution pour se diversifier. Tous les tuteurs qui composent notre équipe sont aussi des formateurs expérimentés avec une double compétence technique et pédagogique. Dans un premier temps, nous avons fait le choix de privilégier la qualité des tuteurs au volume pour répondre correctement à la mission. Et si la demande est là, nous pourrons ensuite nous appuyer sur ce noyau dur pour dupliquer notre process.

Yann Vogel : L’accompagnement, la montée en compétences et la prévention font partie de notre ADN et il nous a semblé évident qu’il fallait faire de cette obligation de tutorat, non pas une contrainte, mais quelque chose de pertinent pour la suite de l’évolution des diagnostiqueurs tant dans leur travail quotidien que pour le maintien de leur certification. Si nous avons souhaité travailler autour d’une équipe resserrée et très qualifiée, c’est pour leur apporter bien mieux qu’une attestation de tutorat. Cette journée doit en effet permettre de poursuivre la montée en compétence des jeunes certifiés grâce à la connaissance des problématiques « terrain » et le sens de la pédagogie de nos tuteurs.

Pourquoi avoir fait le choix de mutualiser vos moyens ?

HP : Nous avons tous les deux nos besoins de tutorat. Yann s’est construit une excellente réputation grâce à des formations de qualité. Pour ma part, je continue d’être proche de la technique et du terrain, notamment avec les contrôles sur ouvrage (CSO). Nous sommes deux acteurs qui connaissons notre métier : nous savons former des diagnostiqueurs. Il est temps de gagner en maturité et de montrer que nous sommes capables d’unir nos forces, de façon intelligente, pour le bénéfice des diagnostiqueurs, plutôt que de tomber dans la concurrence outrancière. Nous ne sommes pas là pour tirer profit d’une obligation nouvelle imposée aux diagnostiqueurs, mais bien pour leur proposer un tutorat intelligent, de qualité et finalement utile à leur parcours professionnel. Cette mutualisation ne concerne d’ailleurs que le tutorat et il ne s’agit en aucun cas d’un rapprochement entre nos OF.

Yann VogelYV : Nous aurions pu organiser nos tutorats chacun de notre côté en mobilisant les formateurs que nous connaissons depuis des années et qui possèdent les aptitudes techniques et pédagogiques pour accompagner les diagnostiqueurs. Mais, comme nous partageons la même vision, nous avons éprouvé l’envie d’apporter une réponse commune en mutualisant nos moyens et en mettant à la disposition de la profession l’expérience que nous avons accumulée. Mais que les choses soient claires : la vocation de Formentora n’est pas de récupérer les clients des autres OF, notamment ceux qui, pour des raisons d’organisation, de logistique, de moyens humains ou de savoir-faire, seraient réfractaires à l’idée de faire du tutorat. Formentora est éventuellement là pour leur éviter de se lancer dans une mission à laquelle ils ne sont pas préparés, mais leurs clients resteront leurs clients. Il n’est pas question de chasser sur les terres des OF historiques.

Quelle est votre démarche pour rendre ce tutorat le plus efficient possible ?

HP : Avec le nouveau régime de certification, un contrôle sur ouvrage en cours de diagnostic sera déclenché dès la réalisation de 20 DPE, ce qui vient très tôt dans le cycle de certification. Nous savons tous que ce CSO est en réalité un examen et les grilles de surveillance, désormais fixées réglementairement et renforcées, ne tiennent pas compte de la faible expérience du diagnostiqueur. Les sanctions peuvent être importantes en cas d’écarts : obligation de formation complémentaire, réalisation de cas-tests, risque de suspension de la certification, sans parler des coûts engendrés par ces sanctions. La logique voudrait que le tutorat serve de préparation sérieuse à ce CSO même si, pour une raison que j’ignore, la DHUP n’a pas voulu imposer ce déroulé chronologique dans l’arrêté. Néanmoins, nous sommes convaincus qu’il est plus pertinent d’effectuer le tutorat en amont afin de se préparer au CSO et ainsi mettre toutes les chances de son côté pour le réussir. Les jeunes diagnostiqueurs doivent prendre conscience de leur intérêt à ne pas s’adresser à n’importe qui pour cette mission. Nous ne pouvons que leur conseiller de se rapprocher d’organismes qui ont acquis la compétence et la légitimité depuis de nombreuses années pour effectuer leur tutorat.

YV : Notre objectif est de préparer au mieux les diagnostiqueurs à la réussite de leur premier CSO, qui peut être une source de stress pour eux. Le tutorat ne doit pas être perçu comme une obligation mais bien comme une démarche complémentaire de la formation initiale, destinée à améliorer la réalisation des DPE. À notre sens, il ne doit pas se limiter à la technique mais également aborder la qualité rédactionnelle des rapports ou encore la prévention autour des enjeux juridiques. Alors que le rôle des CSO et des surveillances documentaires est de vérifier et éventuellement de sanctionner, celui du tutorat est purement pédagogique. D’où l’importance de l’effectuer avec un tuteur rompu à la formation comme nous sommes en mesure de le faire avec Formentora. Le tutorat doit être organisé comme une véritable mission d’accompagnement et de formation sur le terrain. Ainsi, il sera alors une aide précieuse et essentielle pour permettre aux nouveaux diagnostiqueurs de bien démarrer dans le métier, qu’ils soient salariés ou à leur compte.

Le tutorat en bref

Le diagnostiqueur doit apporter la preuve à son organisme de certification qu’il a suivi, au cours des douze mois suivant sa certification initiale, une formation en milieu professionnel couvrant au minimum deux missions réelles et complètes de réalisation d’un DPE par le diagnostiqueur, accompagné sur place par un tuteur. Dans le cadre d’une certification avec mention, l’une des deux missions réalisées porte sur le périmètre de la mention. La formation se déroule sur des missions identifiées par le diagnostiqueur.

Cette formation en milieu professionnel est encadrée par un organisme de formation certifié qui organise le tutorat du diagnostiqueur par un tuteur certifié et expérimenté. L’organisme de formation s’assure que ce tuteur dispose d’une expérience de 5 ans en tant que diagnostiqueur dans le domaine du DPE ou d’une expérience de 5 ans en tant que formateur professionnel dans le domaine du diagnostic énergétique. À l’issue de la formation, le tuteur rédige un bilan circonstancié des missions réalisées par le diagnostiqueur et l’organisme de formation certifié délivre l’attestation de suivi de formation en milieu professionnel au diagnostiqueur.

Le tutorat concernera également les diagnostiqueurs qui ont obtenu leur certification initiale DPE depuis moins d’un an, même si un aménagement de 6 mois a été prévu pour leur permettre de l’effectuer sereinement.

Annexe I de l’arrêté du 20 juillet 2023 définissant les critères de certification des diagnostiqueurs intervenant dans le domaine du DPE

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

2 commentaires

Laisser un commentaire

EXIM

NOS OFFRES D'ABONNEMENT