DES INTENTIONS DE RECRUTEMENT AU PLUS HAUT, DES SALARIÉS EN VEILLE D’OPPORTUNITÉS Profession

Restitution du sondage Emploi & recrutement
Publié le par Mathias LOVAGLIO

À mesure que la filière grandit, les difficultés de recrutement deviennent une véritable problématique pour les entreprises de diagnostic immobilier qui aspirent à se développer. Chefs d’entreprise, salariés, certifiés en recherche d’emploi, notre sondage permet de dresser un bilan des attentes des différents acteurs.

Des chefs d’entreprise à la recherche du profil idéal

Notre sondage confirme les fortes intentions de recrutement des entreprises que nous avions relevées dans notre Observatoire 2022 des entreprises de diagnostic immobilier en mars/avril. En effet, plus d’un quart des chefs d’entreprises envisagent de recruter un ou plusieurs diagnostiqueurs dans les 6 prochains mois. Un niveau élevé qui traduit la nécessité de développement pour de nombreux cabinets et explique également les difficultés de recrutement au sein de la filière. La préférence des chefs d’entreprise s’oriente vers des profils avec expérience, 57% aimeraient ainsi recruter un certifié avec 6 mois à 2 ans d’expérience. Pour Fanny Moratal, directrice du cabinet Diafym RH, « la plupart des employeurs recherchent en effet le profil idéal qui sera rapidement efficace sur le terrain, faisant à première vue perdre le moins d’argent à l’entreprise. Toute la problématique est là : il s’agit du profil qui fait le plus défaut et le plus exigeant en termes de conditions salariales ».

Conscients de cette pénurie, 78% des chefs d’entreprise seraient intéressés par le recrutement d’un technicien à former et à certifier si le coût de la formation n’était pas à leur charge. Fanny Moratal le confirme : « même si la majorité des employeurs recherchent un diagnostiqueur expérimenté, ils sont prêts à prendre dans leur équipe un débutant pour le faire monter en compétences dans leur entreprise. Ils se rendent compte du manque de main d’œuvre. Cependant, la majorité des entreprises qui recrutent sont des TPE/PME pour lesquelles investir presque 10 k€ dans la formation (théorie + certifications) et 5 k€ dans la formation terrain (2 mois de salaire sans autonomie) présente un risque réel. De plus, peu de cabinets se tournent vers la recherche d’aides de financement pour les nouveaux entrants car cela peut vite devenir le parcours du combattant. Les formations paraissent encore trop chères pour les Pôles Emploi et OPCO. S’ils sont prêts à le faire, les employeurs ne sautent donc pas souvent le pas ».

Autre voie de recrutement, l’alternance. 60% des chefs d’entreprise qui envisagent de recruter se déclarent prêts à accueillir un futur technicien en alternance dans leur entreprise. Une véritable piste à creuser pour Fanny Moratal : « Les aides de l’État pour l’embauche d’un alternant donnent un vrai élan pour l’emploi dans le diagnostic. Mais ce type d’embauche n’est possible que pour les cabinets qui ont anticipé l’arrivée de l’alternant. En effet, il ne sera jamais autonome (ou très peu) durant la durée de son contrat, généralement 2 ans. Il est donc impossible de demander à un alternant de faire le travail d’un salarié certifié. Cependant, il aura le temps d’être correctement formé sur le terrain en mettant en pratique graduellement la théorie apprise lors de ses cours ».

Les chercheurs d’emploi profitent d’un contexte favorable

Profil et compétences

La moyenne d’âge des certifiés en recherche d’emploi qui ont participé à notre sondage est de 46 ans, ce qui correspond à peu près à celle des salariés en poste (44 ans). 94% d’entre eux se sont orientés vers le diagnostic immobilier à la suite d’une reconversion professionnelle. L’ancienneté moyenne de leurs premières certifications est de 3 ans, un chiffre bien en-dessous de celle des salariés en poste (8 ans), mais qui s’explique aisément par le fait que 42% des certifiés en recherche d’emploi sont dans l’attente de trouver leur premier poste. L’expérience moyenne des candidats est de 2 ans, mais atteint 5 ans si l’on ne tient compte que des diagnostiqueurs ayant déjà occupé un poste.

80% des chercheurs d’emploi dans la filière possèdent les 6 certifications sans mention, 50% la mention amiante et 9% seulement la mention DPE.

Leur recherche d’emploi

56% des candidats sont en phase de recherche d’emploi depuis moins d’un mois alors qu’ils ne sont que 31% à chercher depuis plus de trois mois. Ces chiffres tendent à confirmer les besoins d’effectif au sein de la filière. Les candidats semblent d’ailleurs conscients d’être en position favorable puisque parmi ceux qui ont déjà passé un ou plusieurs entretiens d’embauche, les deux tiers ont décliné la proposition, notamment en raison des conditions de travail (55%) ou du salaire (50%). Le salaire est d’ailleurs le critère le plus important de leur recherche (4,13/5), juste devant le contact humain (3,97/5).

Leurs attentes

Concernant les salaires, les certifiés se révèlent un peu gourmands, notamment les débutants. En effet, ceux qui n’ont jamais occupé de poste estiment prétendre, en moyenne, à un salaire net mensuel d’environ 2 100 €, soit 100€ de plus que le salaire des diagnostiqueurs en place qui ont en moyenne 4 ans d’ancienneté dans leur entreprise et près de 8 ans d’expérience. Pour ceux qui disposent de premières expériences (5 ans en moyenne), leurs prétentions salariales oscillent autour des 2325 €/net mensuel.

Les certifiés en recherche d’emploi entendent aussi bénéficier d’un certain nombre d’avantages, notamment la mise à disposition d’un véhicule (81%) ou d’un téléphone professionnel (71%) ou encore une prime d’intéressement (68%).

Ils arrivent bientôt sur le marché…

Dans le cadre de notre sondage, nous avons aussi interrogé les personnes en cours de formation ou de certification. Là encore, leur moyenne d’âge est d’environ 44 ans et ils sont près de 94% à s’engager dans le diagnostic immobilier à la suite d’une reconversion professionnelle. Près de 30% d’entre eux envisagent cependant de s’établir à leur compte à court ou moyen termes. Parmi ceux qui s’orientent vers le salariat, 12% déclarent avoir déjà une entreprise prête à les embaucher. Les critères les plus importants pour leur future recherche d’emploi reste le salaire (4,21/5) mais ils se montrent plus raisonnables en termes de prétentions salariales (1840€ en net mensuel) que les certifiés débutants en recherche d’emploi.

Des salariés attentifs aux opportunités

Notre sondage a montré qu’une grande partie des diagnostiqueurs salariés actuellement en poste sont conscients des tensions sur le front de l’emploi et comptent bien en profiter pour faire jouer la concurrence. 56% envisagent ainsi de demander une augmentation de salaire dans les 6 prochains mois et 53% songent à changer d’entreprise principalement en raison du salaire (100%), les relations internes (59%) et les conditions de travail (55,5%) étant les deux autres critères qui motivent leur intention.

Critères Attente des chefs d’entreprise Profil des certifiés en recherche d’emploi Profil des personnes en cours de formation/certification
Certifications

75,7% : tous domaines sans mention

51% : mention amiante

39% : mention DPE

79,4% : tous domaines sans mention

50% mention amiante

9% : mention DPE

Niveau d’études

55% : Peu importe

27% : BAC+2

58,8% : BAC+2

23,5% : BAC+3

53% : BAC+2

23,5% BAC+3

Expérience

57% : 6 mois à 2 ans d’expérience

46% : 2 à 5 ans d’expérience

46% : débutant avec expérience dans le bâtiment

<plusieurs réponses possibles>

2 ans d’expérience en moyenne (5 ans pour ceux ayant déjà occupé un poste de diagnostiqueur salarié)

42% de débutants

Principaux canaux de recrutement

56,8% : Pôle Emploi

54% : Réseaux sociaux

50% : Annonces dans les médias spécialisés

50% : Centres de formation

74,2% : Pôle Emploi

67,8% : Annonces dans les médias spécialisés

51,6% : Annonces web ou papier (hors médias spécialisés)

83,3% : Annonces dans les médias spécialisés

75% : Réseaux professionnels

58,3% : Cabinets de recrutement

50% : Annonces web ou papier (hors médias spécialisés)

Synthèse comparative entre, d’une part, les attentes des chefs d’entreprise et, d’autre part, les profils des certifiés en recherche d’emploi et des futurs certifiés

 

Panel des sondés :

Sondage réalisé du 7 au 20 juillet 2022 auprès de* :

  • 162 chefs d’entreprise de diagnostics immobiliers dont 19% de franchisés
  • 78 salariés certifiés
  • 35 certifiés en recherche d’emploi
  • 17 personnes en cours de formation/certification

*après déduction des réponses trop incomplètes ou incohérentes.


Visionner notre webinaire consacré à la problématique du recrutement dans notre filière du diagnostic immobilier (21 juillet 2022).

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT