VERS UNE BAISSE DE 5% DES VENTES DE LOGEMENTS ANCIENS EN 2022 SELON LE GROUPE BPCE Profession

Baisse des ventes de logements à prévoir
Publié le par Mathias LOVAGLIO

Après plusieurs années de hausse, hormis en 2020 en raison de la crise sanitaire qui avait perturbé l’activité, le nombre de ventes de logements anciens devrait baisser en 2022 et en 2023 d’après les prévisions du groupe BPCE. Deux phénomènes seraient à l’origine de ce renversement : la hausse des taux d’intérêts dans un contexte économique compliqué et l’influence grandissante du DPE et des mesures impactant les logements les plus énergivores. Le ralentissement du marché pourrait s’accompagner d’une stagnation, voire d’une diminution, des prix.

Les prévisions du groupe bancaire BPCE tablent sur la poursuite de la hausse des taux d’intérêt dans les prochains mois qui pourraient retrouver leur niveau de 2014 dès l’année prochaine. Or, le niveau très bas des taux d’intérêt a grandement alimenté le dynamisme du marché ces dernières années en permettant aux ménages d’emprunter plus et/ou plus longtemps, mais aussi en favorisant la hausse des prix. Inévitablement, l’augmentation des taux d’intérêt entraînera des conséquences sur le pouvoir d’achat contraignant certains ménages de renoncer à acheter ou de réduire l’enveloppe budgétaire de leur projet. D’ailleurs, une enquête menée par l’IFOP pour la FNAIM confirme cette tendance. 30% des acquéreurs potentiels jugent la période actuelle propice à l’acquisition d’un bien alors qu’ils étaient 58% en 2021 et 18% d’entre eux estiment que les conditions actuelles, rendues encore plus compliquées avec l’inflation, risquent de les contraindre à annuler leur projet.

Le groupe BPCE constate également une influence grandissante de la valeur verte des logements en raison de la mise en place des mesures à leur encontre comme l’introduction de la performance énergétique parmi les critères de décence et l’arrivée de l’audit énergétique obligatoire dont l’objectif est bien de fixer une marge de négociation pour l’acquéreur. Par ailleurs, les bailleurs qui n’ont pas la capacité de financer les travaux de rénovation énergétique pourraient s’orienter vers la vente de leurs biens, quitte à en baisser le prix. Si, jusqu’à très récemment, la classe du DPE avait peu d’influence en zone tendue, le groupe BPCE prédit un ralentissement de la demande qui entrainera une plus forte sélectivité des acquéreurs et donc probablement une baisse des prix des logements.

À partir de ces prévisions, le groupe BPCE estime donc que le nombre de ventes de logements dans l’ancien devrait baisser de 5% en 2022 et de 8,6% en 2023. D’après le réseau des agences FNAIM, le nombre de compromis de vente signés en mai chute d’ailleurs de 6%. Certes, le niveau de transactions resterait au-dessus de la barre symbolique du million (1 023 000 en 2023), mais cette inversion de tendance est bien une première depuis près de 10 ans, hormis en 2020 lors de la crise sanitaire. En termes de prix, le groupe prévoit une hausse de 4% en 2022, notamment en raison de l’activité du début d’année, avant une abaisse de 3% en 2023. De son côté, la FNAIM constate seulement, pour le moment, un fléchissement de la hausse mensuelle des prix qui est passée de 0,9% en mars 2022 à 0,3% en mai 2022.

Pour les diagnostiqueurs, l’activité devrait cependant se maintenir à un haut niveau avec plus d’un million de transactions, d’autant plus que l’audit énergétique obligatoire devrait permettre à certains de développer leur panel de prestations. Une place grandissante des questions de performance énergétique qui rend leur rôle plus que jamais crucial, mais qui pourrait aussi les exposer à certaines pressions.

*Le Groupe BPCE est le deuxième acteur bancaire en France. Avec 100 000 collaborateurs, il est au service de 36 millions de clients dans le monde, particuliers, professionnels, entreprises, investisseurs et collectivités locales. Il est présent dans la banque de proximité et l’assurance en France avec ses deux grands réseaux Banque Populaire et Caisse d’Épargne ainsi que la Banque Palatine et Oney. Il déploie également au niveau mondial les métiers de gestion d’actifs et de fortune, avec Natixis Investment Managers, et de banque de grande clientèle avec Natixis Corporate & Investment Banking.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT