AMBIANCE ESTIVALE AUX RVDI 2021 Technique

Publié le par Alain
AMBIANCE ESTIVALE AUX RVDI 2021 Technique

La 16ème édition des Rendez-Vous du Diagnostic Immobilier qui s’est tenue jeudi a accueilli plus de 500 professionnels de la filière visiblement ravis de se retrouver enfin ensemble, dans une ambiance estivale.

 

Dans l’environnement bucolique du Parc Floral de Vincennes et sous le soleil une grande partie de la journée, cette 16ème édition des Rendez-Vous du Diagnostic Immobilier avait déjà un petit air de vacances d’été. Les professionnels sont d’ailleurs venus plus tardivement qu’à l’habitude afin de profiter des terrasses environnantes et joindre l’utile à l’agréable. Plus de 500 acteurs du diagnostic immobilier, visiblement ravis de se retrouver enfin ensemble à l’invitation de Concio Prod et de DiagActu, co-organisateurs de ces RVDI.

 

La conférence d’ouverture de cette 16ème édition aura permis à la FIDI de retracer 25 ans de diagnostic immobilier et, surtout, de se projeter dans l’avenir d’une filière engagée dans de profondes mutations, tandis que la table ronde de la CDI FNAIM proposait ensuite un plateau de grande qualité, malgré l’absence du député Mickael Nogal finalement retenu dans sa circonscription toulousaine par une visite ministérielle. Le rapporteur de la loi Climat et résilience avait tenu cependant à participer aux débats en visio-conférence, afin de rappeler notamment le rôle désormais central des diagnostiqueurs dans les politiques de rénovation énergétique des logements. La profession de diagnostiqueur est en passe de changer de statut comme le rappelait récemment Henry Buzy-Cazaux, sémillant animateur de cette table ronde, dans une tribune publiée sur le site Capital.fr

 

Des débats assez houleux, à l’image d’une réforme du DPE très contestée

 

L’ambiance estivale, inhabituelle pour des RVDI organisés chaque année en mars, a sans doute contribué à échauffer quelques esprits lorsque DiagActu a proposé en début d’après-midi d’établir un premier bilan de la fiabilisation du DPE, en présence notamment des présidents des trois organisations professionnelles de diagnostiqueurs (CDI FNAIM, FIDI et LDI). Des débats assez houleux, à l’image finalement de cette réforme très contestée, qui auront mis en évidence publiquement quelques désaccords, même si les trois représentants des diagnostiqueurs sont en phase au moins sur le constat : le nouveau DPE est entré en vigueur jeudi 1er juillet dans de très mauvaises conditions.

 

« Une honte de nous faire travailler avec ce DPE devenu opposable, on marche sur la tête », considère même Frédéric Mirabel-Chambaud. Le président de l’association LDI a regretté que le Conseil d’Etat n’ait pas validé sa demande d’annulation de l’entrée en vigueur. Une décision politique selon lui. « Le jour de l’audience, le 30 juin, la juge nous a indiqué que la décision serait donnée dans l’après-midi, or nous ne l’avons eu que lundi, soit 5 jours après, parce qu’entre-temps il y a eu des coups de fil du ministère et des pressions, a-t-il même avancé.

 

« Il nous faut maintenant gérer le bordel », s’est également emporté Lionel Janot, le président de la FIDI, en regrettant publiquement que la CDI FNAIM ait refusé de s’associer à une demande de report de l’entrée en vigueur au 1er juillet alors que « la FIDI avait identifié dès la mi-mai des difficultés d’application de ce nouveau diagnostic s’il devait réellement entrer en vigueur au 1er juillet ». « C’est notre position qui était la bonne », a-t-il estimé en tentant toutefois d’apporter des solutions aux diagnostiqueurs. « Il faut nous protéger collectivement et individuellement. D’abord en faisant remonter les difficultés au niveau de la DHUP. Car il y a certes des évolutions positives chaque jour, mais il reste encore des problèmes factuels. Il nous faut aussi nous protéger individuellement notamment en informant nos clients dans nos rapports de cette situation ». Dès le lendemain du salon, la FIDI a ainsi proposé une formule de protection juridique à l’ensemble des diagnostiqueurs

 

 « La situation est très inconfortable pour les diagnostiqueurs », a reconnu Thierry Marchand, en informant d’ailleurs l’assistance qu’une énième nouvelle version du moteur de calcul avait été publiée le matin même. Le président de la CDI FNAIM a cependant exhorté les diagnostiqueurs à montrer de leur profession « une image dynamique et non archaïque » face aux défis qui l’attendent. « Il faut que l’on avance car nous aurons bientôt d’autres chantiers devant nous avec le DTG, les audits énergétiques et les DPE collectifs, a-t-il rappelé. Un report aurait nui à l’image de notre profession vis-à-vis d’acteurs majeurs comme les notaires ou les agents immobiliers. Nous aurions pu reporter au 1er septembre si nous avions été certains que nous ne serions pas encore à cette date dans la même situation, ce dont je ne suis pas convaincu ». 

 

Une profession en surchauffe

 

Christophe Bruyat, gérant d’OBBC Développement, présent également à la tribune, a rappelé les conditions difficiles dans lesquelles les éditeurs de logiciel travaillent depuis plusieurs semaines, sous la pression de leurs clients, au gré des livraisons par la DHUP des multiples versions du moteur de calcul.

 

Une DHUP dont il faut tout de même rappeler l’énorme travail réalisé ces derniers mois pour achever au mieux cette réforme complexe et politiquement sensible. 

 

Cette table ronde sur le nouveau DPE, assurément le moment fort de cette 16ème édition des RVDI, aura été également marquée par l’annonce par Frédéric Mirabel-Chambaud de la décision du Conseil d’Etat d’annuler l’arrêté du 2 juillet 2018 qui organise le dispositif actuel de certification des diagnostiqueurs. Lire : Le dispositif de certification annulé par le Conseil d’Etat.

 

Avec un DPE fiabilisé qui n’aura peut-être justement jamais été aussi peu fiable qu’actuellement, un régime de certification une nouvelle fois remis en cause et une demande de diagnostics immobiliers qui bat toujours son plein, la profession semble un peu en surchauffe en ce début juillet. Les congés d’été arrivent à point, espérons-le, pour ramener un peu de sérénité dans notre filière avant d’aborder un deuxième semestre piégeux.

 


 

Save the date !

 

Les RVDI vous donnent d’ores et déjà rendez-vous le jeudi 31 mars 2022 pour leur 17ème édition.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT