« C’EST LE MOMENT DE FAIRE TOUT EXPLOSER » Technique

Publié le par Alain

Sur les forums de DiagActu, la nouvelle de l’annulation de l’arrêté du 25 juillet 2016 a fait l’effet d’une bombe et les commentaires vont toujours bon train.

 

Sur les forums de DiagActu, la nouvelle de l’annulation de l’arrêté du 25 juillet 2016 a fait l’effet d’une bombe. Depuis le 26 juillet, les commentaires sur les conséquences de l’arrêt du Conseil d’Etat vont bon train. 

 

Est venue d’abord la phase des étonnements légitimes, dès l’information connue, comme pour @Tadpol : « Je ne comprends pas comment ça peut encore arriver. Ce n’est pas une nouveauté les recours sur ce fondement, et je suppose qu’en droit administratif ça a déjà dû arriver bien avant. A partir de là pourquoi personne ne prend la peine de corriger ça ? ».

 

Mais rapidement, on s’interroge sur les conséquences de cette décision sur l’activité des diagnostiqueurs. Pour @ceruse, la question se posait d’ailleurs de façon très concrète et immédiate car il est actuellement en surveillance amiante avec mention… « Je fais quoi ? », demandait le diagnostiqueur. Tandis que @cecile49 écrit : « je n’ai pas la mention mais jusqu’à présent je bossais pas mal en avant travaux pour des couvreurs sur des missions simples, la semaine prochaine je fais quoi, j’y vais ou je n’y vais pas ? ». Le (plus ou moins) sage @NoVice, expert reconnu de la problèmatique amiante, lui répond : « Quelles que soient tes missions, il est désormais judicieux de demander à ton assureur pour lesquelles tu es encore couvert ». Le même @NoVice en profite pour évoquer ses autres interrogations du moment : « en pareil cas, quelle est la valeur des rapports émis avant l’arrêt du Conseil d’Etat ? Les missions vente sont-elles impactées ? ».

 

Les diagnostiqueurs dans l’expectative

 

Quant à @ASTERDI, le grand spécialiste du DPE (et du génépi) sur les forums de DiagActu, il peut tout de même tenter de rassurer @cecile49 qui s’enquérait des conséquences de l’annulation de l’arrêté du 25 juillet 2016 sur la mention DPE. « Heureusement qu’il n’y a pas de norme en DPE », se félicite-t-il. 

 

Les avis semblent très partagés sur la pertinence de ces annulations systématiques par Pascal Le Bihan, le gérant de l’entreprise Tekimmo, auteur de ces recours qui, objectivement, ont créé, jusqu’à aujourd’hui, davantage de nuisance pour sa profession que de bénéfice. Mais cela n’empêche pas @marco34 de valider la méthode : « C’est le moment de faire tout exploser », dit-il même. A l »inverse, @andy s’interroge ouvertement : « Et sinon, Tekimmo, ça leur arrive de faire un peu de diag ? Ou leur fonds de commerce c’est uniquement de foutre le bordel juste pour se faire mousser ??? ». 

 

Puis, comme d’autres, le diagnostiqueur caribéen @bernardexp s’essaye, à une (intéressante) analyse de la situation. Mais, dans le flou juridique actuel, elle se heurte encore et toujours à l’impossibilité d’être officiellement confortée. 

 

Bref beaucoup de questions, mais peu de réponses pour le moment… Chacun est donc dans l’attente du nouveau cadre juridique promis par la DHUP. Cela ne devrait plus tarder…

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT