HARO SUR LE NOUVEAU DPE ! Technique

Publié le par Alain

Entré en vigueur au 1er juillet, le nouveau DPE semble déjà faire l’unanimité contre lui. La FNAIM, l’UNIS, PLURIENCE ou encore l’UNPI accusent le DPE version 2021 de dégrader les classements énergétiques du parc de logements français et demandent au gouvernement des adaptations techniques et fiscales.  

 

« Le nombre de logements F et G, impactés les premiers par les obligations issues de la loi Climat et résilience, est presque en train de doubler » s’alarme Jean-Marc Torrollion, président de la FNAIM. Le nouveau DPE entré en vigueur en juillet dernier, crée des remous. Il semble même faire l’unanimité contre lui en raison de l’impact du nouveau mode de calcul sur la note de nombreux logements. 

 

Alors que le gouvernement estime que seuls 800 000 logements autrefois bien classés devraient être rétrogradés au statut de passoire thermique et qu’autant devraient en sortir, les premières semaines d’application du nouveau DPE montrent en effet une situation bien différente selon la FNAIM, l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), l’UNIS et PLURIENCE (les 13 plus gros acteurs de la transaction et de la gestion immobilières). « Avec la réforme du DPE, les passoires thermiques sont entre 7 et 8 millions. Loin des 4,8 millions recensés en septembre 2020 par le ministère de la Transition écologique ». De fait, le calendrier des interdictions de location formalisé par la loi Climat et résilience semble de plus en plus impossible à tenir.

 

« Les résultats du nouveau DPE sont catastrophiques pour l’ensemble du secteur », indique Christophe Demerson. Le président de l’UNPI réclame des mesures d’aménagement indispensables et la mise en d’un « calendrier réaliste ». 

 

« Pour remédier à cette situation tendue », l’UNPI, la FNAIM, l’UNIS et PLURIENCE font deux propositions au gouvernement : d’une part, doubler le plafond des déficits fonciers imputables sur le revenu, si le montant des travaux est composé de 40% de travaux énergétiques (dans le collectif et dans l’individuel) ; d’autre part, élargir le Denormandie dans l’ancien aux passoires thermiques pour éviter leur sortie du parc locatif.

 

Des mesures que les quatre organisations souhaiteraient voir rapidement intégrer au projet de loi de finances 2022.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT