L’ACTIVITÉ DES DIAGNOSTIQUEURS EN ZONE DE TURBULENCES Technique

Publié le par Alain

Après une année 2021 exceptionnelle (1,2 millions de ventes), les premières semaines de 2022 s’annoncent plus difficiles entre une crise sanitaire qui n’a jamais touché aussi largement la population, un marché immobilier incertain et des élections présidentielles et législatives qui approchent.

 

Les diagnostiqueurs frappés par la situation sanitaire

Les résultats de notre sondage n’ont rien de surprenant. Comme nous pouvions nous y attendre, les diagnostiqueurs immobiliers sont touchés, comme les autres professions, par la vague actuelle de contaminations au Covid-19. Ainsi, depuis le 1er janvier, 20% des votants ont été confrontés à un cas contact au sein de leur entreprise et 14,5% à une personne positive. Preuves de l’ampleur de la vague sur les deux dernières semaines : 7,5% des diagnostiqueurs exerçant en solo ont déclaré avoir été positifs et toutes les entreprises de plus de 10 personnes ont subi au moins une contamination, même si notre échantillon de sondés est réduit (9 réponses).

Inévitablement, la situation sanitaire impacte l’organisation des entreprises de diagnostic immobilier qui ont subi des cas contacts ou positifs. Ce sont en premier lieu les missions sur le terrain qui en ont pâti (57%), un chiffre logique étant donné la représentativité des solos dans notre panel (49%).

 

Des perturbations qui concernent aussi les prescripteurs et dégradent le chiffre d’affaires

Le sondage montre que l’activité des prescripteurs des diagnostiqueurs immobiliers est également impactée par la situation sanitaire. Pour 24% des sondés, ces perturbations sont même importantes. Un gros tiers (35%) ne constate en revanche pas de perturbations particulières.

Finalement, ces effets de la crise sanitaire se font ressentir sur le chiffre d’affaires de leur entreprise pour 54% des diagnostiqueurs immobiliers sondés.

 

Un marché immobilier et un moral en berne ?

Après une année 2021 record, il est souvent évoqué un ralentissement du marché immobilier. Nous avons souhaité en savoir plus par l’intermédiaire de nos lecteurs. Et la tendance semble malheureusement se confirmer. En effet, les trois quarts des sondés constatent un ralentissement du marché immobilier. Pour un tiers (34%) ce ralentissement est même jugé fort. Rares sont ceux qui nous font part d’une dynamique favorable (7,5%).

Pour autant, les sondés sont très partagés en ce qui concerne leur confiance dans leur activité durant les prochains mois. 48% se disent confiants, tandis que 50% se montrent plutôt ou très inquiets. Une tendance qui s’inverse pour les plus gros cabinets (plus de 5 personnes) qui se déclarent un peu plus optimistes (57% plutôt confiants).

Dans les commentaires laissés en fin de sondage, certains nous font part de leurs craintes quant à la pérennité de leur entreprise, surtout pour ceux qui ont débuté récemment, tandis que d’autres s’orientent vers un arrêt d’activité ou un départ en retraite anticipée. En revanche, les plus installés témoignent néanmoins d’un chiffre d’affaires en constante évolution, même s’ils confirment « l’accalmie » de ce début d’année. La trésorerie accumulée sur les derniers mois leur permet probablement d’affronter la période actuelle un peu plus sereinement.

 

Bien évidemment, la vague actuelle de Covid-19 reste un épisode qui sera limité dans le temps, même s’il demeure difficile d’en déterminer la fin. L’hypothèse d’un effet de rattrapage en sortie de crise sanitaire n’est cependant pas à exclure.

Sur les moyen et long termes, le véritable sujet impactant pour l’activité des diagnostiqueurs immobiliers reste le dynamisme du marché immobilier. L’inflation, la hausse des taux d’intérêts, les incertitudes sur la situation des passoires énergétiques, la campagne présidentielle et l’hypothèse d’un changement de majorité sont autant de facteurs qui laissent penser que ce ralentissement pourrait s’inscrire dans la durée. Si les entreprises les plus établies pourraient traverser une période de récession passagère, on peut malheureusement craindre quelques dégâts pour les plus fragiles.

 

Mathias Lovaglio

 

Panel des participants

Sondage réalisé du 10 au 14 janvier 2022 sur un panel de 228 personnes dont 49,12% de diagnostiqueurs immobiliers solos.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT