STÉPHANE PROUZEAU (AGENDA) : « EN 20 ANS, NOUS AVONS CONNU 3 RÉVOLUTIONS » Technique

Publié le par Alain
STÉPHANE PROUZEAU (AGENDA) : « EN 20 ANS, NOUS AVONS CONNU 3 RÉVOLUTIONS » Technique

À l’occasion de ses 20 ans à la tête de la franchise Agenda, Stéphane Prouzeau dresse un bilan sur les grandes transformations de la profession et de son réseau.

 

Quelles sont les transformations qui vous ont le plus marqué au cours de ces deux dernières décennies ?

J’ai vécu trois révolutions depuis 2002 : une révolution sur le statut de la profession, une révolution au niveau du réseau Agenda et une révolution digitale.

Au départ, le diagnostic était une réglementation et c’est devenu une profession. On ne se rend pas tout de suite compte de cette évolution pourtant majeure. Quand j’ai commencé, il y n’y avait que quelques prestations comme la loi Carrez et l’amiante. Aujourd’hui, nous en avons plus d’une vingtaine. J’ai racheté Agenda le 8 février 2002. C’est le premier jour de ma formation au CESI que le décret imposant l’amiante à tous les biens* a été publié. Ce décret a bouleversé notre métier. Au mois de mai 2004, nous avons créé la FIDI, avec Jean-Louis Amédéo, Philippe Rabut, Lionel Janot, Serge Muller, Richard Morin et Laurent Roquin. Cela a aussi été un événement important pour notre profession. À l’époque, nous n’imaginions pas être conviés, quelques années plus tard, à des réunions avec les ministres ! Petit à petit, il nous a fallu apprendre à composer avec le monde politique et tenter de défendre nos intérêts et d’expliquer les problématiques et enjeux de la règlementation. Enfin, la dernière pierre qui a consolidé la profession de diagnostiqueurs est la certification apparue en 2007, mais je pourrais aussi citer le DPE ou encore le rassemblement de tous les diagnostics dans le DDT**.

Lorsque j’ai racheté Agenda, le réseau comptait une quarantaine de franchisés. Vingt ans plus tard, nous en sommes à plus de 150 dont de très nombreux franchisés qui sont là depuis de longues années. Cette croissance et cette stabilité sont le signe d’un réseau qui vit bien ensemble.

Enfin, ce qui m’a aussi étonné durant ces 20 dernières années, c’est la digitalisation de notre vie professionnelle. En 2002, nous avions tout juste un e-mail. Aujourd’hui, il faut être 100% terrain, mais aussi 100% digital. C’est une véritable révolution.

 

Quelle est votre plus grande satisfaction à la tête d’Agenda ?

Elles sont nombreuses. Mais ce dont je suis le plus fier, c’est la stabilité du réseau au sein duquel nos franchisés s’épanouissent. Plus de 98 % des franchisés renouvellent leur contrat après leurs 5 premières années. C’est la preuve d’une belle réussite collective.

 

Quels seraient vos souhaits pour la profession dans le futur ?

Je crois que nous devons poursuivre l’enracinement de la profession. Nous devons continuer à dialoguer avec les pouvoirs publics et, même si nous essayons d’apprendre l’unité malgré notre diversité, nous avons un très beau métier à défendre. L’audit énergétique réglementaire doit nous permettre de nous ancrer un peu plus comme des acteurs reconnus et respectés de la rénovation énergétique, chacun à sa place.

Au niveau d’Agenda, je souhaite que sa croissance se poursuivre tout en faisant en sorte que chaque franchisé puisse continuer à être fier d’être diagnostiqueur et d’être AGENDA.

 

* Décret du 3 mai 2002 entré en vigueur le 1er septembre 2002

** Ordonnance du 8 juin 2005

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT