STÉPHANE PROUZEAU : « LE MINISTÈRE NE VEUT PAS QUE LES CAFOUILLAGES DU DPE SE REPRODUISENT » Technique

Publié le par Alain

Stéphane Prouzeau, vice-président de la FIDI et président d’AGENDA Diagnostics, réagit au report désormais acté de l’audit énergétique réglementaire prévu initialement le  1er janvier 2022.

 

Stéphane Prouzeau tient tout d’abord à préciser qu’il s’agit « d’un report dans les faits, mais pas dans les textes » puisque l’absence d’arrêté et de décret au 1er janvier 2022 ne permettra pas la mise en application de l’audit énergétique réglementaire. Il reconnait que « la situation n’est pas très stable. Mais les services du ministère, et la ministre l’a exprimé publiquement, ne veulent pas que les cafouillages du DPE se reproduisent et ils vont faire en sorte que nous disposions d’une procédure claire. Cette nouvelle est plutôt une bonne chose car aujourd’hui les exigences en matière de formation ne sont toujours pas publiées et la plupart des formations existantes sont en réalité destinées à former des référents dans le cadre du label RGE et ces référents sont des thermiciens. Or, croire que la formation pour un référent est la même que la formation pour un diagnostiqueur est une erreur. Si le diagnostiqueur est formé à la thermique du bâtiment pour le DPE, il n’est pas thermicien. »

 

« Les diagnostiqueurs restent dans la course pour l’audit énergétique »

 

Stéphane Prouzeau se montre par ailleurs rassurant au sujet de l’avis défavorable du CSCEE sur le projet de décret définissant notamment la qualification des professionnels à l’audit énergétique réglementaire. « Toutes les lectures ne sont pas les mêmes : certains disent que c’est un avis prononcé contre les diagnostiqueurs, tandis que d’autres disent que c’est un avis contre le process. Pour l’instant, les informations que nous avons de vive voix de la DHUP font que les diagnostiqueurs restent dans la course. »

 

Plusieurs réflexions doivent néanmoins encore être menées pour parfaire cette future prestation. « Il faudra bien faire la distinction entre l’audit énergétique « travaux » fait pour un propriétaire occupant qui recherche un meilleur confort thermique et des économies d’énergie, et l’audit énergétique « transaction » fait pour informer l’acquéreur des travaux à réaliser pour sortir le bien de la zone « passoire » ou l’emmener vers la basse consommation. Il est important que cette prestation soit réalisée avant la prise de possession du bien par l’acquéreur et les éventuels travaux d’embellissement engagés par ce dernier. Ce n’est pas la même démarche sachant que les intérêts des uns ne sont pas les mêmes que les intérêts des autres. Personnellement je pense d’ailleurs qu’il faudrait imaginer un autre nom afin de ne pas créer de confusion entre ces deux démarches. »

 

« L’audit dans le cadre d’une transaction est une prestation qui doit nous permettre de continuer à nous développer. »

 

Et, bien évidemment, le rapport d’audit avant transaction devra être différent du DPE : « Il faut une véritable démarche qui nécessitera de retourner sur le bien, de comprendre les écarts entre le DPE et les consommations, d’étudier les aides sachant que le propriétaire et l’acquéreur n’ont pas forcément droit aux mêmes, d’analyser éventuellement les factures de consommation, etc. Avec l’objectif d’établir des scénarios de travaux chiffrés et réalistes. Alors, quand je vois que certaines personnes ne veulent pas facturer correctement l’audit voire l’offrir avec le DPE, sans se redéplacer, j’ai envie de leur dire d’arrêter le diagnostic immobilier. Notre métier a beaucoup évolué ces dernières années et l’audit dans le cadre d’une transaction est une prestation qui doit nous permettre de continuer à nous développer. »

 

Enfin, Stéphane Prouzeau écarte les doutes sur l’impartialité des diagnostiqueurs amenés à réaliser à la fois le DPE et l’audit : « Non il n’y a pas de risque. Nous sommes aujourd’hui une profession indépendante et nous nous sommes beaucoup battus pour l’être. Nous résistons déjà à certaines pressions pour augmenter les mètres carrés, diminuer les pathologies ou supprimer certains états. Nous faisons correctement notre métier dans 99% des cas. Alors, oui, nous pouvons faire un DPE et un audit. Ce n’est simplement pas la même démarche. »

 

Propos recueillis par Mathias Lovaglio

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT