UNE VILLE CONTAMINÉE PAR L’AMIANTE Technique

Publié le par Alain

Sur les quelque 20 000 personnes qui vivaient et travaillaient à Witternoom, en Australie, plus de 2 000 sont mortes de maladies liées à l’amiante. Witternoom est désormais une ville (quasi) fantôme… 

 

Dans l’ouest de l’Australie, six personnes vivent encore à Wittenoom et de nombreux touristes y affluent malgré les mises en garde des autorités. 

 

La ville, située à 300 km de Port Hedland, vivait de l’exploitation de l’amiante jusqu’au milieu des années 1960. Elle est laissée à l’abandon depuis la fermeture de la mine en 1966. Depuis, sur les quelque 20 000 personnes qui y vivaient et y travaillaient, on estime que plus de 2 000 sont morts de maladies liées à l’amiante.

 

Wittenoom est désormais une ville fantôme, ou presque. En 1992, l’État australien a procédé à la démolition de 70 maisons et à la fermeture du poste de police, du motel, de la station-service, du pub et de l’aéroport. L’électricité a été coupée en 2006. La ville ne figure plus sur les cartes et plus aucune signalisation n’indique sa direction.

 

Ville prisée par les amateurs de dark tourism

 

Pourtant, il reste six habitants irréductibles. L’État australien a tenté plusieurs fois de les encourager à déménager eux aussi, jusqu’à leur proposer de racheter leurs propriétés sans valeur. En vain.

 

Interrogés par le quotidien d’information britannique The Guardian, ils réaffirment qu’ils n’ont pas l’intention de partir. « Parce que c’est un bel endroit, voilà pourquoi », disent-ils. C’est très agréable ici. Nous avons des trous d’eau, nous sommes à côté d’un parc national. »

 

Un ministre australien met aussi en garde les touristes de l’extrême qui bravent le danger pour se rendre dans la ville. Ces amateurs de dark tourism risquent en effet leur vie pour prendre des photos pour Instagram…

 

Crédit photo : Instagram / thelegendofmorgan

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT