MESURES D'EMPOUSSIÈREMENT

Les mesures d’empoussièrement de l’air visent à établir la concentration de fibres d’amiante (niveau d’empoussièrement) afin d’évaluer les risques d’exposition, de contrôler l’adéquation des dispositifs de protection pendant un chantier ou encore de vérifier l’absence de risques à la suite de travaux en présence d’amiante.

Diagnostics obligatoiresAVANT TRAVAUX/DÉMOLITION

Avant le démarrage de travaux (y compris de démolition), plusieurs diagnostics, « constats » ou « états » doivent être fournis.

ACCÈS RAPIDE

Plusieurs situations peuvent conduire à la réalisation de mesures d’empoussièrement :

  • À la suite d’un diagnostic (DTA, DAPP) qui aurait révélé un risque d’émissions de fibres en raison de l’état de dégradation de matériaux amiantés ;
  • Tout au long d’un chantier en présence d’amiante (désamiantage SS3 ou interventions SS4) afin d’évaluer les risques et de contrôler l’exposition des intervenants pendant les opérations (mesures sur opérateur) ;
  • En fin de chantier, dans le cadre de la procédure de restitution des locaux (article R4412-140 du code du travail pour la première restitution, c’est-à-dire avant dépose des confinements de sécurité ; article R1334-29-3 du code de la santé publique pour la mesure libératoire réalisée après le retrait des confinements).

Les prélèvements d’air doivent être réalisés selon une stratégie d’échantillonnage mise en place en amont. Deux normes font référence : la norme NF X 43-050 pour les mesures environnementales et la norme NF X 43-269 pour les mesures individuelles au poste de travail. Les filtres de prélèvement doivent être transmis à un laboratoire accrédité par le Cofrac en vue de leur analyse. Toute concentration supérieure à 5 fibres d’amiante par litre d’air entraine la non-conformité de la restitution.

NOS OFFRES D'ABONNEMENT