LA FIDI ET L’UNIS DEMANDENT AU GOUVERNEMENT « UNE AMÉLIORATION RAPIDE DU NOUVEAU DPE » Technique

Publié le par Alain

Dans un communiqué commun, la FIDI et l’UNIS dressent un « constat identique d’insatisfaction » suite aux retours des premiers DPE v3 réalisés. Une rencontre avec la DHUP a permis de faire remonter un certain nombre de difficultés.

 

Dans un communiqué commun diffusé mardi 21 septembre, l’Union des Syndicats de l’Immobilier (UNIS), et la Fédération Interprofessionnelle du Diagnostic Immobilier (FIDI) ont exprimé un « constat identique d’insatisfaction » concernant les résultats des premiers nouveaux DPE réalisés depuis le 1er juillet.

 

De multiples difficultés sont ainsi soulevées par les deux organisations professionnelles. La FIDI considère notamment que le calcul du coût des consommations, par tranches, « ne correspond pas à la réalité », de même que certains paramètres du moteur de calcul liés aux habitudes de vie des occupants. D’autre part, « en plus des changements sur la ventilation par ouverture de fenêtre, il semble qu’il y ait un problème sur le calcul des débits d’infiltration qui donne des déperditions quasi 10 fois plus importantes que la version précédente », relève la fédération de diagnostiqueurs. Autre point soulevé, « l’incohérence » du calcul des consommations des auxiliaires de bouclage pour un appartement en immeuble collectif semble.

 

Allongement des délais de commercialisation

 

Toujours selon la FIDI, « en faisant un comparatif entre la v2 et la v3 avec les mêmes déperditions (enveloppe identique), on obtient beaucoup plus de consommation ». Enfin, elle s’inquiète de « l’incompréhension des clients qui voient leur bien déclassé sans avoir saisi en quoi leur bien immobilier nuit aux objectifs d’économie d’énergie et de réduction des GES ». Dès le mois de mai, la FIDI avait alerté les pouvoiris publics sur plusieurs de ces difficultés.

 

Les constats de l’UNIS rejoignent ceux des diagnostiqueurs. L’organisation de professionnels de l’immobilier qui représente tous les métiers du secteur (agents immobiliers, mandataires indépendants, gestionnaires locatifs, administrateurs de biens, experts, promoteurs-rénovateurs) relève les points suivants :

les difficultés d’accès aux locaux techniques de l’immeuble dans le temps imparti ;

la difficulté de disposer des références techniques des isolants utilisés il y a plus de 10 ans ;

le classement comme chaudière « fuel » des chaudières « gaz » dont les caractéristiques (type, puissance etc.) n’ont pas été indiquées, entrainant automatiquement un déclassement pénalisant ;

des écarts entre les ratios de surfaces habitables des appartements et les tantièmes de copropriété ;

l’allongement des délais de commercialisation (mise en location) en attente des DPE.

 

La FIDI « raisonnablement optimiste » après une rencontre avec la DHUP

 

Une rencontre avec la DHUP organisée jeudi 16 septembre a permis à la FIDI de faire remonter ces différentes difficultés. La fédération de diagnostiqueurs « se félicite d’avoir été entendue sur les difficultés de mise en place du nouveau DPE et reste raisonnablement optimiste sur la prise en compte de ses propositions d’améliorations d’ici à quelques semaines ».

 

Pour Lionel Janot, président de la FIDI et Stéphane Prouzeau, vice-président, les échanges avec la DHUP ont été « très productifs et efficaces ». Ils ne « doutent pas que des ajustements seront pris en compte rapidement pour améliorer la fiabilité des DPE V3 et les rendre réellement efficients ».

 

La Ministre Chargée du Logement, Mme Emmanuelle WARGON, recevra les deux organisations professionnelles le 4 octobre prochain. Y seront certainement évoqués ces différentes problématiques concernant le DPE, mais aussi celles relatives à l’Audit énergétique.

 

Lire également : « Les résultats du nouveau DPE sont catastrophiques pour l’ensemble du secteur »

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT