LES DIAGNOSTIQUEURS SAUVENT LEUR ANNÉE 2020 Technique

Publié le par Alain

C’est au final une baisse de chiffre d’affaires de 4% en moyenne qui est enregistrée par les diagnostiqueurs sur l’exercice 2020 en dépit de la crise sanitaire. Une moyenne qui ne doit cependant pas occulter quelques bilans plus contrastés.

 

Le dernier sondage réalisé du 12 au 15 janvier par DiagActu (404 questionnaires complets) confirme la  tendance observée lors du dernier trimestre. Globalement, l’année 2020 aura été plutôt bonne sur le plan de l’activité pour les diagnostiqueurs. Une perte de chiffre d’affaires de 4% en moyenne a été enregistrée par rapport à un exercice 2019 qui avait été particulièrement bon. Un bilan d’activité, qu’en mars ou avril dernier, au plus fort de la crise, aucun observateur de la filière ne se serait risqué à prédire. Dans le détail, on note 6% de baisse d’activité sur le marché de la vente/location et une année quasi équivalente à 2019 sur le marché des diagnostics travaux (-1%).

 

En dépit d’une crise sanitaire d’ampleur inédite et de multiples mesures de restrictions de circulation, les diagnostiqueurs ont donc « limité la casse», comme nous l’écrit un professionnel installé dans les Pyrénées-Atlantiques. Ils ont « sauvé les meubles » dit-on également en Ardèche et en Haute-Garonne. 

 

Une activité particulièrement chaotique

 

Une activité en 2020 qui aura été tout sauf linéraire. Aux périodes d’arrêt total ou de fort ralentissement, ont succédé des phases d’activité intenses. « Année difficile qui a mis à mal la trésorerie, heureusement le rebond de juin-juillet a permis d’éviter le pire », résume un professionnel installé en Saône-et-Loire. Ce constat est identique dans toutes les régions de France. « Des mois très creux en terme de chiffre ou de volume d’affaire les mois de confinement, rattrapé les mois suivants », dans le Poitou. « Activité réduite bien sûr de mars à mai 2020 mais sur l’ensemble le CA global progresse car la baisse sur vente et location est due essentiellement aux périodes de confinement », en Meurthe-et-Moselle. L’exercice 2020 aura été « plutôt bon avec des périodes irrégulières de calme plat suivi d’intense activité », résume un diagnostiqueur parisien. « Une très forte activité en juin juillet août septembre, et un chiffre d’affaires rattrapé et égal à 2019 à l’atterrissage pour l’année 2020 », se félicite également un de ses confrères de la Côte-d’Or. 

 

Année « catastrophique » pour d’autres  

 

Ce chiffre moyen de 4% ne doit cependant pas occulter d’autres bilans beaucoup plus contrastés parmi les professionnels de la filière. Certains, comme ces chefs d’entreprise installés dans le Nord, Haute-Loire et à Paris, évoquent même une année « catastrophique ». Ou comme ce diagnostiqueur tarnais : « une année catastrophique, la plus mauvaise, sur le plan comptable, depuis la création du cabinet il y a 16 ans… ». 

 

Pour beaucoup d’entre eux, c’est au deuxième semestre que l’activité a véritablement baissé. A l’instar de ce diagnostiqueur du Calvados : « le 2ème confinement nous a fait chuter cette année, nous avions rattrapé tout notre retard du 1er confinement (plus long et plus dur !) ». « Malgré une belle reprise après le 1er confinement, il a été impossible de rattraper totalement le CA perdu », constate également un professionnel basé près de Troyes.

 

Un ralentissement en cours sur le marché de la location/vente

 

« Malgré l’effervescence du marché de la transaction après le 1er confinement, une baisse de ce marché s’est amorcée après l’été (hors 2ème confinement) », écrit un diagnostiqueur sarthois. Un ralentissement de l’activité qui semble se poursuivre en ce mois de janvier, au moins sur le marché de la location/vente comme le confirme un de ses confrères installé en Loire-Atlantique : « pour 2020, la chute est moins grave que ce à quoi nous nous attendions, mais le problème est la prolongation de la problématique sur 2021, avec une visibilité très réduite sur nos plannings et des clients professionnels inquiets sur le premier trimestre en cours… ».

 

Ce manque de visibilité sur les prochains mois inquiète en effet les diagnostiqueurs qui se montrent très modérément confiants concernant l’activité sur leur marché, au moins jusqu’en septembre…

 

Des entreprises de diagnostics immobiliers massivement soutenues financièrement

 

85% des entreprises de diagnostics immobiliers ont bénéficié en 2020 d’au moins un des dispositifs de soutien mis en place par le gouvernement. Parmi elles, plus de deux sur trois (68%) ont perçu le fonds de solidarité et 25% ont mobilisé les garanties de BPI France pour des lignes de crédits bancaires.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT