UN NOUVEAU RÔLE « D’AMBASSADEUR » POUR LE DIAGNOSTIQUEUR Technique

Publié le par Alain

Les débats qui se sont déroulés mercredi lors des Assises du diagnostic immobilier de la CDI Fnaim ont mis en lumière le rôle sociétal incontestable des diagnostiqueurs et l’importance considérable de leur mission dans le cadre des politiques publiques de rénovation énergétique. 

 

« Nous avons proposé à la société civile, économique et politique de débattre une journée sur la décence du logement avec les Assises du diagnostic immobilier, a commenté à l’issue des débats dans un tweet, Guillaume Exbrayat, président du réseau Diagamter, également trésorier de la CDI Fnaim. Avant comme après l’image de la profession en est renforcée : sérieux, responsable, projeté vers les défis de la société, le diagnostiqueur immobilier est un acteur de premier rang du BTP et de l’immobilier ».

 

Ces premières Assises nationales du diagnostic immobilier initiées par Thierry Marchand, président de la Chambre de diagnostiqueurs immobiliers de la Fnaim, ont indubitablement tenu leurs promesses. Parfaitement menés par Raphaël Eulry de l’agence Plus2Sens, les débats ont permis à des professionnels de l’immobilier, des politiques, des médecins, des banquiers, de mettre en lumière le rôle sociétal des diagnostiqueurs et toute l’importance de leur mission future dans le cadre des politiques publiques de rénovation énergétique des logements.

 

Une profession de diagnostiqueur qui a souvent été décriée par le passé mais qui est en passe de s’affirmer désormais comme « une filière à part entière, un partenaire important des Français pour les questions d’efficacité énergétique et d’environnement, et aussi pour les questions de santé », selon les propres mots d’Emmanuelle Wargon, la ministre du logement. 

 

Jean-Marc Torrollion : « une communauté de confiance à créer avec l’ensemble des métiers de l’immobilier » 

 

En ouverture de ces Assises, Jean-Marc Torrollion, le président de la Fnaim, a lui-aussi affirmé sa pleine confiance à l’égard de la profession de diagnostiqueur et de sa capacité à remplir sa mission dans les années à venir  au même titre que tous les autres métiers de l’immobilier. Il a plaidé l’idée de la création d’une charte d’éthique et de déontologie qui réunirait l’ensemble de ces professionnels de l’immobilier. « Demain, le diagnostiqueur va détenir entre ses mains en quelque sorte l’avenir de certains biens immobiliers, ce qui suppose une cohérence, une éthique, un professionnalisme. Et ce qui suppose de la part des autres professionnels de l’immobilier et des donneurs d’ordre, la reconnaissance de ces valeurs. C’est une communauté de confiance de vos métiers que nous devons créer vis-à-vis de vos clients au moment où nous entreprenons un travail social, utile, de la rénovation énergétique. Avec l’agent immobilier, l’administrateur de biens, ou encore le syndic, le diagnostiqueur forme une chaine d’intervenants qui doit être en mesure de justifier la confiance du consommateur dans son action quotidienne. Ce n’est à qu’à ce prix que nous pourrons convaincre les propriétaires des logements à s’engager pleinement dans une rénovation énergétique ». 

 

Autre piste lancée par Jean-Marc Torrollion, la création d’une carte d’identité du logement « qui mettrait en cohérence l’ensemble des données recueillies par les diagnostiqueurs au terme d’un enchainement de ces diagnostics, pour impulser un schéma de cohérence et révèlerait la naissance du logement et sa conformité par rapport à son environnement technico-sanitaire et à son futur environnement de rénovation énergétique ». 

 

Philippe Pelletier : « un rôle d’ambassadeur de la rénovation énergétique  auprès des propriétaires bailleurs »

 

Plus encore peut-être que la décence, c’est la mission future du diagnostiqueur dans le cadre des politiques de rénovation énergétique qui aura été beaucoup commentée lors de cette grosse demi-journée de débats. Philippe Pelletier, Président de Plan Bâtiment Durable, a notamment exhorté les diagnostiqueurs à développer dès maintenant leur rôle de sensibilisation auprès de leurs clients bailleurs pour qu’ils s’engagent sans attendre dans une démarche de rénovation énergétique. « J’accorde un rôle majeur aux diagnostiqueurs pour sensibiliser les propriétaires de logements. Qui d’autres qu’eux peut avoir ce premier contact avec les bailleurs lors de la mise en location ? » 

 

Selon lui, la profession de diagnostiqueur devient la pierre angulaire de la rénovation énergétique avec un « rôle d’ambassadeur auprès des propriétaires bailleurs ». Elle fait le lien indispensable entre les objectifs de politique énergétique et la personne, le bailleur notamment, prise dans sa singularité ». Le Président de Plan Bâtiment Durable a également insisté sur le « rôle considérable » de la CDI Fnaim dans le cadre du chantier de fiabilisation du DPE « sans laquelle nous n’aurions pas atteint le point de maturité d’aujourd’hui ». 

 

Yannick Borde, président du réseau Procivis : « les diagnostics ont contribué à détendre les relations dans le cadre des négociations des opérations immobilières »

 

Un DPE qui « entre dans une dimension nouvelle » car de simple outil de sensibilisation, il aura au 1er juillet un rôle de classement des biens et deviendra un diagnostic décisionnaire pour la mise en œuvre des travaux », a affirmé Philippe Pelletier.

 

Pierre-Henri Grenier, dirigeant exécutif de la Banque de la Transition Énergétique, Groupe Banque Populaire, a lui aussi souligné toute l’importance de ce nouveau DPE et de ses conséquences sur la situation des biens immobiliers qui selon lui ont déjà un impact sur le marché de l’habitat et sur celui de son financement. « Cette notion de rénovation énergétique devient un élément indispensable de l’étude du financement et donc de la garantie hypothécaire dont dispose la banque, notamment pour les bailleurs ». Pierre-Henri Grenier a indiqué qu’il avait lancé au sein de son groupe une réflexion « pour intégrer cette nouvelle dimension dans les conditions d’octroi des crédits immobiliers afin d’aboutir à une offre complémentaire de travaux en face de l’offre pour l’acquisition, lorsque les conditions thermiques du logement financé sont très dégradées ». 

 

Pour sa part, Yannick Borde, président du réseau Procivis, a insisté sur l’amélioration de la transparence des opérations immobilières amenée par les diagnostics depuis leur création à la fin des années 1990. « Avant les diagnostics, il y avait des contentieux, un peu de tension, en tous cas beaucoup de discussions dans les affaires. Les diagnostics ont contribué à détendre les relations dans le cadre des négociations. Les diagnostics n’ont, à ma connaissance, jamais empêché l’avancement ou la réalisation d’une opération immobilière. Yannick Borde, également vice-président de l’USH, appelle cependant à mieux vulgariser le contenu des diagnostics à destination des particuliers. 

 

Guillaume Exbrayat : « notre acte ne doit plus seulement consister à délivrer le rapport. Pourquoi ne pas rendre oubligatoire une phase de restitution orale du contenu de nos diagnostics  »

 

Jean Pinsolle président de la Chambre  Nationale des Propriétaires, a abondé dans ce sens, tout en suggérant davantage de pédagogie de la part des diagnostiqueurs. Guillaume Exbrayat en est convaincu : « sur l’aspect pédagogique, notre acte ne doit plus seulement consister à délivrer le rapport. La mission d’expliquer oralement à son client le contenu du rapport, de le contextualiser, pourrait très bien devenir obligatoire. Ce temps de restitution, 10mn environ, serait alors intégré dans notre panier ». 

 

Quant à la simplification du rendu des diagnostics, la CDI Fnaim travaille actuellement sur la création d’une fiche de synthèse qui devrait voir le jour dans quelques mois. « C’est en très bonne voie », indique Guillaume Exbrayat, tout en se félicitant en outre que le format du nouveau DPE ait été travaillé avec une agence de communication. Selon lui, « les maquettes que nous avons pu voir sont plutôt bien faites. Ce nouveau DPE sera plus lisible par le particulier ». 

 

Cliquer sur ce lien pour revoir en replay les débats et interventions des Assises nationales du diagnostic immobilier (inscription obligatoire)  

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

NOS OFFRES D'ABONNEMENT